La progression en escalade

Sujet régulièrement traité sur le web, et où chacun donne sa recette.

Ce qui ressort lorsqu’on effectue une rapide compilation des conseils données généralement:
– Pratique 2 à 3 fois par semaines.
– Du bloc en plus de la voie.
– Musculation (Abdo, fessiers, etc.) sans oublier le fameux pan de Güllich.

Pourtant, nous n’avons suivi aucun de ces conseils lorsque nous avons débuté.
Alors après deux ans de pratique, à plus de 40 ans, avons-nous quand même réussi à progresser ?

Nos sessions d’escalade aujourd’hui:
– Fréquence de pratique: 1 fois par semaine grand max.
– Jamais de bloc. On a testé, mais vraiment pas accroché (au sens propre aussi 😉 ).
– Pas de musculation.

Notre niveau après ces deux ans de pratique:
– A vue, en tête, on enchaine les 6a+/6b
– Après travail, nous enchainons du 6b+/6c
– Et en moulinette ? … aucune idée, nous ne grimpons pas en moulinette.

Sans que le résultat ne soit extraordinaire, on se retrouve au même point que bien des grimpeurs avec 10 ou 15 ans de pratique.

Nos secrets ?

Une séance par semaine seulement, mais qui dure longtemps, voir très longtemps…
Nous grimpons entre 05H30 et 06H00 par session (avec une pause le midi d’une 1/2 heure). Autant vous dire que c’est l’idéal pour gagner en continuité.

Mais comment fait-on pour ne pas avoir les bouteilles au bras au bout de deux heures de grimpe alors ?
On s’échauffe beaucoup (presque 2 heures), en commençant par des voies inférieures à notre niveau, puis nous montons progressivement en difficulté, en alternant de temps à autre une voie simple afin de récupérer, tout en s’amusant.
D’autres activités nous permettent de gagner en endurance: la course à pied, le vélo, la marche. Tous ces sports développent l’endurance et contribuent à améliorer la continuité en escalade.

Coté technique, je me suis documenté au maximum, afin de connaitre toute la théorie sur la lototte, le drapeau, l’inversé, le changement de pied, etc. Delphine ne s’est pas intéressée à ce volet technique.
Pourtant, après ces deux années, Delphine a aujourd’hui le même niveau technique que moi. Son bagage technique s’est fait naturellement, progressivement.

Nous ne grimpons plus qu’en tête. Nous considérons que la moulinette offre une lecture de la voie complètement faussée puisqu’il n’y a pas à clipper pour atteindre le relais.

En conclusion, un seul conseil est vraiment valable afin de progresser: s’amuser, sans se mettre de pression.